Conseil pratique

Mai 2009 / Avez-vous une trousse de secours pour votre animal ?

NaturÔpoil vous conseille vivement d’avoir une petite trousse de secours adaptée à toutou et minou. Pourquoi autant de précaution alors que bien souvent vous n’avez même pas un pansement pour vous ?! Tout simplement parce qu’un animal n’a pas toujours conscience du danger et qu’il joue parfois avec le feu ! En cas de pépin, mieux vaut agir vite et bien…

1. Choisissez une trousse adaptée à vos besoins : une valisette rigide sera idéale pour la voiture, tandis qu’une trousse souple (de type trousse de toilette) pourra se glisser plus facilement dans un sac à dos.

2. Pensez aux « indispensables » : un antiseptique, de l’éosine pour assécher une petite plaie, des compresses, des bandages, du sparadrap, une paire de ciseaux à bouts ronds (disponible à NaturÔpoil), un crochet à tiques (disponible à NaturÔpoil), une pince à épiler.

Crochets pour ôter efficacement les tiques !

3. Et puis, il y a les petits « plus » qui, en fonction de votre animal, de ses lieux de sortie, des saisons…pourraient lui sauver la vie !

  • Il aime flâner sur la pelouse ou chasser tout ce qui bouge ? Procurez-vous un « aspi venin » en pharmacie. Cela limite la diffusion du venin d’une guêpe, frôlons, serpent… (utilisable également sur vous). Entraînez-vous avant pour avoir les bons gestes immédiatement.
  • Les chiens et les chats qui ont la peau fine et fragile sont souvent agressés par le frottement des herbes hautes, par un harnais qui brûle, par des insectes qui piquent, par le soleil qui chauffe… Pour tous ceux-là, ayez sous la main le lait anti-démangeaison Beaphar (disponible à NaturÔpoil). Il a des propriétés antiseptiques et adoucissantes qui soulagent les zones cutanées irritées de nos compagnons.
  • Vous savez certainement qu’un animal qui souffre parce qu’il a par exemple une fracture est un animal qui risque de mordre au moment des soins. Donc, en cas d’accident, ayez avec vous une muselière ! NaturÔpoil en propose toutes les tailles et conseille ses clients sur l’apprentissage du port de la muselière…Pensez-y avant d’être face à cette situation d’urgence !
  • Avez-vous prévu un coupe griffe ? Cela permet de donner les premiers soins sur une griffe cassée à la suite d’une chute, d’une partie de jeu endiablée ou d’une bagarre…Il faut éliminer la partie de la griffe sectionnée, désinfecter et, si le sang coule, comprimer le bout de la patte avec une compresse.

Coupe griffe

4. C’est un détail mais il vous fera gagner de précieuses minutes : le numéro de votre clinique vétérinaire ! Même fermée, elle doit pouvoir vous donner par répondeur interposé le numéro du praticien de garde. Et n’oubliez pas avant de partir en vacances avec votre animal de prendre les coordonnées du vétérinaire sur place !

Attention ! Une trousse de secours sert à donner les PREMIERS SOINS d’urgence ou à soigner les PETITS BOBOS de votre animal. Ne prenez aucun risque, en cas de doute contactez votre vétérinaire !

Avril 2009 / URGENCE ! Protégez votre animal !

Dès le printemps, tiques et puces attaquent ! Comment s’en protéger ou s’en débarrasser ?

  • Les tiques

Parasite externe de la famille des acariens, la tique aime les températures entre 0° et 20°, fraîches et humides, pour se reproduire. En campagne, dans les champs, en forêt, au parc…votre animal risque gros. Les maladies transmises par les tiques sont dangereuses.

  • Les puces

Les puces sont des insectes bruns sans ailes, de quelques millimètres. Elles peuvent sauter jusqu'à trente fois leur longueur. Elles vivent une partie du temps cachées dans le pelage de nos compagnons et se nourrissent de leur sang. Les femelles peuvent pondre jusqu’à 50 œufs par jour qui tombent ensuite au sol !


Une seule solution pour protéger votre chien et votre chat : l’application d’un antiparasitaire chimique ou naturel, toutes les 4 à 5 semaines pour les pipettes et sprays, et toutes les 8 semaines pour les colliers.

  • Protection naturelle

Les antiparasitaires naturels existent en spray, en pipette et en collier. Il s’agit d’insectifuge : le produit fait écran entre l’animal sain et les parasites externes. Son action est répulsive.

NaturÔpoil aime les antiparasitaires naturels parce qu’ils sont doux pour nos compagnons, parce qu’ils sont économiques et parce qu’ils protègent aussi des moustiques et des phlébotomes (insectes transmettant la leishmaniose).


  • Protection chimique

Sous forme de pipettes de type « Frontline » ou de pulvérisateurs, les insecticides protègent l’animal en repoussant et en exterminant les parasites externes.

Conseil : préférez le « Frontline Combo » au simple « Frontline ». Ce dernier est moins cher mais moins efficace car non larvicide ! L’habitat reste par conséquent contaminé par les larves et le traitement anti-puces durera longtemps avant de retrouver un animal sain…
NaturÔpoil vous propose des gros conditionnements de « Frontline Combo » : plus économiques et qui durent 6 mois !


ASTUCES !

  • Dans le cas d’une infestation de puces contre laquelle vous devriez employer un insecticide, il existe une solution naturelle : le shampoing « HALTE AUX PUCES ».
    Il est naturel et adapté à un usage fréquent sur chien et chat. Il agit comme un insecticide grâce à ses actifs naturels de Coco, c’est garanti et rapide. Concrètement, les huiles végétales enrobent les parasites d’un film d’huile qui pénètre dans leur système respiratoire et les étouffe en quelques minutes.


  • Quel que soit le mode de traitement antiparasitaire choisi, n’oubliez pas de traiter également votre habitat (sols, paniers, sacs d’aspirateur, voiture, canapés…) ! A NaturÔpoil, des produits antiparasitaires dédiés à l’habitat vous aideront rapidement à traiter un environnement infesté.
  • Vermifuger au moins 1 à 2 fois par an votre animal ! Les parasites externes transportent malheureusement certains parasites internes qui affaiblissent considérablement son organisme… NaturÔpoil vous recommande ses vermifuges naturels, respectueux de l’appareil digestif de nos compagnons.

Mars 2009 / Comment utiliser la muselière ?

Faire découvrir à un chien la muselière n’est pas évident ! Quelques gestes simples permettent un apprentissage doux et efficace.

1 / Choisissez une muselière. NaturÔpoil vous propose en magasin trois types de muselières (plus d’autres modèles sur commande).


Muselière en nylon : économique, lavable, légère.


Muselière avec « bandeau » rembourré autour du museau : résistante, confortable, bonne aération, anneau d’attache sous la gueule pour une utilisation anti-traction similaire aux colliers « Halti ».


Muselière grillagée : acier très robuste, protection anti-rouille, protection mousse au museau, lanières en cuir pleine fleur, aération optimum, utilisation longue durée, l’animal peut boire même muselé.

2 / Prenez la muselière dans la paume de votre main. De l’autre main, tenez une friandise. Placez-la à l’opposé de là où le chien entre sa gueule dans la muselière. Dès que son museau est entré, laissez-le attraper la friandise. Répétez plusieurs fois cette opération.

3 / Approchez la muselière comme précédemment et glissez-la sur sa gueule. Juste quelques secondes. Otez-la puis récompensez-le. Recommencez plusieurs fois jusqu’à pouvoir, sans violence, lui fermer la muselière derrière la tête.

4 / Habituez ensuite votre chien à garder sa muselière dans des endroits, à des moments et pendant des durées différentes.

Conseils :

  • Pour un apprentissage plus rapide : associez la muselière à son départ en promenade ! Vous pourriez être surpris de voir un jour votre chien vous tendre son museau pour vous dire qu’il est pressé d’enfiler sa muselière et de se balader…
  • Ne laissez jamais votre chien muselé plusieurs heures et surtout pas par temps chaud. Optez sinon pour des muselières qui lui permettront de se ventiler correctement, voire de pouvoir également boire (muselière en bandeau ou grillagées).

A noter :

Tous les chiens devraient être sensibilisés à la muselière. Il s’agit d’un geste respectueux de son entourage comme par exemple lors d’un voyage en train (obligatoire), de soins délicats ou d’urgence chez le vétérinaire, de l’arrivée d’un enfant turbulent…