Hommages

A toi mon chat, mon Kheops, mon pharaon.

11 ans passés ensemble, pendant lesquels chacun a fait le bonheur de l'autre.

Je t'ai accueilli à trois mois, petite boule intrépide et casse-cou, et je t'ai dit « on va se faire une belle vie, tous les deux ! ». Huit jours plus tard tu tombais du balcon, pour avoir voulu sauter sur la balustrade. Sans conséquence, heureusement, tout mou que tu étais.


Tu aimais plus que tout ta liberté, aussi j'avais fait installer une trappe qui te permettait d'aller et venir à ta guise, jour et nuit. La nuit, justement, je t'entendais monter l'escalier en courant et tu sautais sur mon lit pour te blottir contre moi en ronronnant, réclamant les caresses après ton escapade. Je te serrais alors plus près de moi et nous nous rendormions tous les deux, heureux de ce contact. Le matin, tu patientais au pied du lit en faisant ta toilette.

Combien de fois m'as-tu rapporté des oiseaux, morts ou vifs, des mulots vivants que je remettais dehors, des lézards et autres proies que tu étais fier de m'offrir !

Tes coussinets humides dessinaient des fleurs sur le carrelage, qu'importe, j'acceptais tout de toi.

Je t'ai photographié tant de fois dans des poses abandonnées, sur le dos au soleil ou étiré devant la cheminée.

J'ai veillé bien souvent, l'été, parce que tu tardais à rentrer. Je t'accueillais avec un « ah ! te voilà ! » et tu me répondais par un « brrrou » qui me faisait fondre.

Combien d'heures ai-je passées à te brosser, à te peigner, jamais un nœud dans tes longs poils. C'était notre premier rituel du matin, et j'étais grassement payée en ronrons.

11 ans d 'amour réciproque ont passé ainsi, moi prenant soin de toi, et toi m'accordant ta confiance et toute ta tendresse de chat. Tu étais mon chat et j'étais ton humain.


Tu es devenu un gros matou et tu aimais que mes mains te pétrissent, le soir sur mes genoux, tes ronrons s'étouffant de plaisir dans ta gorge.

Et puis, fin 2014, je me suis demandé pourquoi tu préférais attendre que je t'ouvre la porte plutôt que franchir la chatière.

Et soudain, j'ai compris, ton ventre ballonné ne passait plus !
Echographie, une masse polykystique a dit le vétérinaire.
Le choc, tu es en pleine forme, et il faut te faire subir la violence extrême d'une opération ! Tu ne souffres pas, mais cette masse va continuer à prendre du volume.
La date est fixée, ce sera le 3 Février 2015.

Ce sera aussi ton dernier jour de vie, ton petit cœur n'a pas résisté.
Le mien est rempli de tristesse et du manque de toi, mon chat.
Pardonne-moi et repose en paix dans ton jardin, mon Kheops, je n'ai plus que ça à t'offrir, et merci de m'avoir fait partager toutes tes richesses.

Rosy

(février 2015)

Gringo...


Gringo, beau chat noir avec une étoile blanche, si câlin, patient, courageux, tu me manques terriblement.

ani062

(janvier 2014)

Elle est partie sereine...


Suzy (24 février 2001-27 avril 2013) nous a quitté ce matin, 1 an après le diagnostique de sa maladie. Elle est partie sereine et tranquille aidée par notre vétérinaire à qui elle avait ramené tant de canards......nous avons su choisir le moment, ni trop tôt ni trop tard.
Elle est morte au même âge que son demi-frère Phebus qui nous a quitté il y a 2 ans.
Chose curieuse, cette nuit quand je me suis levé appelé à l'hôpital pour une urgence, elle s'est levé et est venu me saluer...ce qu'elle n'avait jamais fait toute sa vie durant quand je partais en pleine nuit....et peu avant l'entrée dans la commune où se trouve mon vétérinaire, un couple de colverts marchait dans l'herbe au bord de la route.
La photo a été prise alors qu'elle avait 10 ans...., elle résume parfaitement l'image que je garderai de Suzy.

Jean-Marc

(avril 2013)