Hommages

Hommage à Smocky

Smocky, de type Cavalier King Charles

Ta naissance avait été difficile, ta vie fut un miracle ! Un miracle qui te laissa cependant un handicap ! Tu naquis aveugle. Tes jeunes maîtres ne considérèrent jamais que c'était un problème et ils firent le maximum pour t'aider à surmonter ta cécité : ils t'apprirent à te déplacer sans crainte dans la maison et dans le jardin, à descendre et à monter les escaliers, à éviter les obstacles ! Tu appris vite, très vite, pour toi c'était un jeu ! Tu étais vive, joyeuse, câline, et insouciante !

Tu nous comblas de bonheur pendant 11ans et puis un soir, discrètement tu es partie. Quand aujourd'hui je pense à toi, j'ai envie de te remercier pour la merveilleuse leçon de vie que tu nous as donnée à tous ceux qui t'ont connue. Tu as prouvé que l'être vivant pouvait avoir une formidable capacité d'adaptation, pourvu qu'autour de lui, il y ait des éléments favorables !

Merci à toi ma petite Smocky,

Brigitte

(Juillet 2008)

Ma petite Hippie

Hippie, Cavalier King Charles

Je t'ai promis de ne jamais t'oublier... Ca fait 3 ans que tu es partie et mon chagrin s'est aujourd'hui transformé en combat ! Tu serais fière de moi ma louloute ! NaturÔpoil, c'est grâce à toi ! et à Alto et Axou aussi bien sûr, sans parler de Vikie et Abou qui supportent tout ça ! Et puis César, Pepper et les autres !

Tu te rappelles de ces poèmes, Hippie ? Je les avais écrits pour toi, j'avais tellement de chagrin. Mais je t'avais dit que je serais forte !

« Le départ »
Il est bientôt l'heure
De partir loin de moi
Ca ne fera pas mon bonheur
Ce sera mieux pour toi.
Elle ne va pas tarder
Celle qui va t'emmener
Vers cet'autre monde
Où les anges font la ronde.
A te voir ainsi souffrir,
Mais est-ce vraiment la douleur?
Je te souhaite de mourir
Sûr, ce ne sera pas mon bonheur...
Tes yeux vont se fermer
Tes narines s'arrêter de trembler
Tes pattes doucement se calmer
Ton ventre lentement s'immobiliser.
Mon coeur blessé va continuer
Pour toi de s'agiter
Sans peine, promis, il va battre
Jusqu'à sa dernière carte...
Bon voyage ma louloute
Vers un monde plus doux
D'où tu pourras m'observer
Je continuerai de t'aimer.''

« La survie »
Chaque moment seule
Mes pensées vont où elles veulent
Enfin je ne sais pas
Mon coeur pleure pour toi.
Je survis, ma bouboule
Tout le monde m'entoure
Mes larmes ne coulent
Mon chagrin est lourd.
Le soir, j'ouvre la porte,
Mes gestes hésitants,
T'inquiète je suis forte
Ca va aller maintenant ?
Que fais-tu là -haut ?
Qui prend soin de toi ?
T'as vu les autres ?
Reste à présent sans moi...
Je survis, ma louloute
Je l'ai toujours su
En moi, une fois pour toute
Rien ne nous séparera plus.
Je t'aime ma jumelle,
Signé...ta moitié, la moins belle.

Caroline

(Avril 2008)

Axou, tout chiot qu'il était

Axou, Epagneul Français

Axou, j'ai compris bien des choses ces 13 mois passés ensemble. La vie ne fait jamais de cadeau ! Même à un adorable chiot, doux, câlin, obéissant. Te perdre comme ça lors d'une opération chirurgicale de « dernière chance » a été très difficile pour moi à accepter. Peut-on s'y résoudre en fin compte ?

Je me rappellerai toute ma vie de ton regard, chez le vétérinaire, avant de tourner dans ce foutu couloir. J'ai été si seule ensuite. Seule avec mes projets qui ne rimaient plus à rien, avec mes angoisses et ma culpabilité qui me rongeaient. Heureusement, mon chemin a croisé celui d'Abou et Vikie, et petit à petit, la blessure s'est refermée tant bien que mal.

Merci Axou de m'avoir donné autant en aussi peu de temps. Je te porterai toujours là contre moi, la preuve étant que reparler de toi ravive ma blessure qui ne cicatrisera jamais.

Caroline

(Juin 2008)